Catégories:TousDouleur aiguë
RETOURNER EN ARRIÈRE

Causes communes de la douleur causée par les nodules du sein


Causes communes de la douleur causée par les nodules du sein
Lorsque vous constatez une nodule du sein, vous pouvez passer par une variété d’émotions, notamment la panique, l’inquiétude et la peur.

Toutes ces émotions sont tout à fait normales et raisonnables, mais il est important de comprendre que les grosseurs mammaires o nodule mammaire ne sont pas rares et que, dans la majorité des cas, elles ne sont pas graves.

En fait, les données ont démontré que dans 80 à 90 % des cas, les nodules mammaires sont bénignes, ce qui signifie qu’elles ne sont pas cancéreuses1.

Il existe plusieurs raisons à la présence d’une grosseur dans le sein et, si certaines grosseurs s’accompagnent de douleurs mammaires, ce n’est pas toujours le cas.

Il est donc essentiel que vous vérifiiez régulièrement votre poitrine à la recherche de grosseurs. Il est communément admis qu’un contrôle toutes les quatre à six semaines est suffisant, mais il n’y a aucun mal à contrôler aussi régulièrement que vous en ressentez le besoin2.

Même s’il est peu probable que votre grosseur mammaire soit cancéreuse, cela ne signifie pas que vous ne devez pas rester prudente. Vous devriez consulter un médecin dès que vous constatez une grosseur ou ressentez une douleur dans la poitrine. Les conseils suivants doivent être utilisés comme guide uniquement, vous devriez toujours consulter un médecin dès que possible.

Quelle est la cause des nodule du sein douloureuses ?

Si vous découvrez une grosseur dans votre poitrine, plusieurs causes sont possibles. Les termes médicaux désignant les grosseurs mammaires sont abcès mammaires, kystes mammaires et fibroadénomes.

La grosseur (ou les grosseurs) que vous ressentez dans la poitrine peut être causée par toute une série de choses différentes. Selon la cause, les grosseurs elles-mêmes peuvent également sembler différentes et dans certains cas, s’accompagner d’autres symptômes, bien que pas toujours3.

Abcès mammaire

Un abcès mammaire apparaît lorsque du pus s’accumule dans le sein. L’abcès peut se développer à la suite d’une infection bactérienne, lorsque les bactéries pénètrent dans le tissu mammaire ou si les canaux lactifères sont bouchés.

S’il peut devenir un problème pour les femmes de tout âge, il est plus susceptible de survenir chez les femmes enceintes ayant contracté une infection par un mamelon fissuré ou en allaitant. Les abcès mammaires chez les femmes qui allaitent sont étroitement liés à une autre maladie appelée mammite, une infection bactérienne qui, si elle n’est pas traitée, peut devenir grave.

Les abcès mammaires sont des grosseurs rougeâtres gonflées pouvant sembler tièdes ou chaudes. Comme la grosseur, les abcès peuvent s’accompagner d’un gonflement autour de la région et provoquer de la fièvre. Le liquide emprisonné peut se déplacer au toucher, mais pas toujours.

Si vous avez un abcès, la bonne nouvelle, c’est que le traitement est très simple. Les abcès doivent être drainés, une intervention pouvant être réalisée sous anesthésie locale par votre médecin. Les abcès de petite taille sont drainés à l’aide d’une aiguille, tandis que les plus grands peuvent nécessiter une petite incision. Les abcès mammaires sont un problème fréquent et, même s’ils sont inconfortables, peuvent être traités rapidement et facilement. De plus, le temps de rétablissement est habituellement très court.

Kyste mammaire

L’une des causes les plus courantes de grosseurs mammaires, les kystes sont (comme les abcès) des grosseurs remplies de liquide qui se développent sous la peau. Leur taille peut varier : de petites grosseurs de la taille d’un ongle aux grosseurs plus importantes pouvant atteindre plusieurs centimètres. Parce qu’ils sont remplis de liquide, les kystes sont relativement doux au toucher, et peuvent se déplacer sous la peau en appuyant dessus puis en les poussant. Selon certaines personnes, ils ressemblent à des grains de raisin : lisses et ronds avec des bords définis.

En présence d’un kyste, votre poitrine peut être sensible autour de la région, et elle peut changer de taille, prendre du volume avant les menstruations et en perdre après. Les causes des kystes mammaires ne sont pas bien connues, mais les hormones peuvent jouer un rôle dans leur développement.

Les kystes sont plus susceptibles de se produire chez les femmes de 30 à 60 ans, et sont plus fréquents chez celles ayant recours à l’hormonothérapie substitutive (HTS)1.

Vous pouvez développer plus d’un kyste, et ils peuvent affecter les deux seins. Lors du diagnostic, votre médecin peut soupçonner un kyste, mais il vous orientera le plus souvent vers une clinique du sein afin de minimiser les risques. Vous y serez examinée par un spécialiste. On analysera peut-être le liquide dans le sein (si le liquide est aspiré du kyste) ou vous passerez une scanographie, notamment une échographie ou une mammographie.

Il n’existe aucun réel traitement des kystes. S’il est facilement accessible ou particulièrement inconfortable, un spécialiste peut choisir de drainer le kyste. Il peut revenir avec le temps, mais les recherches ont montré qu’il n’existe pas de lien connu entre les kystes et un risque accru de développer un cancer du sein4.

Fibroadénome

Les fibroadénomes sont des grosseurs pouvant se développer en dehors des glandes productrices de lait (lobules). Dans de petites régions du sein, de nouvelles glandes et de nouveaux canaux se développent de façon irrégulière sur le lobule, formant une grosseur qui peut être sentie au-dessus de la peau.

La taille d’un fibroadénome simple est environ celle du pouce : entre 1 et 3 cm. Il semble lisse au toucher, mais de texture caoutchouteuse. Contrairement aux abcès et aux kystes, il peut ne pas y avoir d’effets secondaires (bien qu’il puisse être sensible avant les menstruations). Encore une fois, les causes ne sont pas tout à fait comprises, bien que la majorité des professionnels de la santé pensent qu’ils sont dus à une sensibilité accrue à une hormone sécrétée par les ovaires, l’œstrogène.

Ils peuvent croître en taille. Le fibroadénome géant est classé parmi les grosseurs de plus de 5 cm. Si l’on vous dit que vous avez un fibroadénome complexe, cela signifie que les cellules à l’intérieur de la grosseur sont légèrement différentes. Un fibroadénome complexe reste bénin.

Les fibroadénomes sont les tumeurs bénignes (non cancéreuses) les plus courantes chez les femmes. Ils sont plus susceptibles de toucher les jeunes femmes de moins de 35 ans, même s’ils peuvent se développer à n’importe quel âge.

Le diagnostic du fibroadénome peut se faire chez votre radiologue grace à la réalisation d’un « triple test ». Ils examineront votre sein, réaliseront une échographie et une biopsie au trocart ou une aspiration à l’aiguille fine, afin de prélever un échantillon de tissu de la grosseur pour l’analyser.

Cela peut être une expérience stressante, mais tous les examens sont nécessaires pour s’assurer qu’un diagnostic est correct.

Si vous avez effectivement un fibroadénome, la bonne nouvelle, c’est que vous n’aurez pas besoin de traitement supplémentaire. La plupart des grosseurs gardent la même taille, tandis que certaines rétréciront et pourront même disparaître avec le temps. Toutefois, il est toujours bon d’obtenir un deuxième avis d’un professionnel qui peut vous conseiller sur la meilleure façon de procéder.

Pour plus d’informations sur les nodules du seins bénignes et les options de traitement disponibles, parcourez notre centre d’aide.

RÉFÉRENCES
  1. Breast lumps (2014) NHS Choices. http://www.nhs.uk/conditions/Breast-lump/Pages/Introduction.aspx
  2. Your breast clinic appointment (2016) Breast Cancer Care. https://www.breastcancercare.org.uk/sites/default/files/publications/pdf/bcc70_your_breast_clinic_appointment_2016_web.pdf
  3. Breast cancer: recognition and referral. (2015) National Institute of Clinical Excellence. https://www.nice.org.uk/guidance/ng12/ifp/chapter/About-this-information
  4.  Bundred, N.J. et al. Is there an increased risk of breast cancer in women who have had a breast cyst aspirated? (1991) British Journal of Cancer. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1977475/